RADARS – Waze et Coyote dans le collimateur

Le gouvernement veut empêcher l’utilisation des outils d’aide à la conduite communicants…


Depuis le 24 février 2017, la privatisation des radars embarqués a pris un nouveau tour avec l’expérimentation menée en Normandie et promet aux automobilistes une augmentation sans précédent du nombre de verbalisations pour excès de vitesse. Mais cette mesure ne semble pas assouvir la soif de répression de la Sécurité routière, qui envisage désormais de rendre inutilisables les outils d’aide à la conduite communicants.


L’association « 40 millions d’automobilistes » dénonce ces mesures prises en catimini alors que la campagne présidentielle bat son plein et appelle les usagers à se mobiliser en adressant un courrier à leurs élus parlementaires.

Le gouvernement n’a pas tardé à imaginer un nouveau piège pour les usagers : les automobilistes sont de plus en plus nombreux à utiliser des outils d’aide à la conduite communicants, qui leur indiquent les zones de danger et favorisent ainsi le respect des limitations de vitesse et donc leur sécurité.


Mais, sous couvert de sécurité publique, l’État prévoit désormais l’interdiction de diffuser par l’intermédiaire des outils d’aide à la conduite communicants tout message de nature à signaler des opérations de police dans certains périmètres.

Pour 40 Millions d’automobilistes, « c’est un cadeau empoisonné que fait le gouvernement sortant au prochain président de la République, qui aura à gérer ce dossier hautement polémique dès les premiers jours de son quinquennat. Cette mesure est la preuve ultime de la malhonnêteté intellectuelle de la Sécurité routière, qui met en place une mesure répressive supplémentaire alors que l’accidentalité est en baisse sur les 12 derniers mois ».


« C’est enfin une récupération politique immonde de la crainte des actes terroristes : le gouvernement justifie cette mesure sous couvert de sécurité publique, alors que les fabricants de ces outils communicants ont déjà mis en place une charte désactivant les messages de signalements des contrôles routiers en cas d’alerte attentat ».

« Ces manœuvres sont d’autant plus critiquables et douteuses qu’elles prennent forme pendant l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, alors que tous les projecteurs sont braqués sur les candidats finalistes, ce qui laisse penser que la Sécurité routière met tout en œuvre pour adopter dans l’ombre des mesures défavorables aux automobilistes ».


L’association 40 millions d’automobilistes dénonce ces pratiques et s’y oppose fermement. Pour faire barrage à ces mesures liberticides, l’association met aujourd’hui à disposition des usagers un courrier qu’ils doivent adresser au plus vite à leurs élus parlementaires pour leur demander de se mobiliser pour contrer ces mesures

Le ministère a lancé des travaux, associant les principaux fabricants de ces applications, afin de mettre en place un système qui permette de rendre invisibles les forces de l’ordre, à leur demande, lors de certains contrôles sensibles.

3 réflexions au sujet de « RADARS – Waze et Coyote dans le collimateur »

  1. Belle hypocrisie… sous couverture de sécurité routière ,pourquoi ne pas se servir de ces applications pour brider les véhicules en lisant les panneaux aux vitesses autorisées c’est possible, mais quel manque à gagner pour nos gouvernants.
    D’un coté nous pouvons acheter un véhicule qui roule à 180km/h sans problème et de l’autre ont nous attends au virage!!!

  2. Problème délicat
    Si je suis totalement contre les contrôles pièges et les points enlevés pour 91 retenus au lieu de 90 sur une 4 voies ou 51 retenus au lieu de 50 sur 1 Bd en sortie de ville ; cela me pose + de questions lorsque je vois sur le journal des relevés à + de 140 au lieu de 90 sur des routes à double sens comme cela arrive parfois et là je pense à mes petits enfants

Répondre à GUSTIN Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *